Refresh


Les Mayrisch et l' «esprit de Colpach»

L'industriel luxembourgeois Émile Mayrisch n'a pas seulement été le directeur général des Aciéries Réunies de Burbach-Eich-Dudelange (Arbed) et partant, un des barons du fer les plus puissants d'Europe; il était en outre philanthrope et défenseur du rapprochement des peuples, en particulier de la réconciliation entre Français et Allemands au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Le 30 mai 1926, il fonda le Comité franco-allemand d'Information et de Documentation qui entretenait des bureaux à la fois à Berlin et à Paris. Quelques mois plus tard, le 30 septembre, l'Entente Internationale de l'Acier vit le jour. Mayrisch avait largement contribué à la naissance du cartel conclu entre sidérurgistes français, allemands, belges, luxembourgeois et sarrois dans le but de triompher des prescriptions économiques du traité de Versailles dont les répercussions s'étaient avérées particulièrement néfastes pour toutes les industries lourdes du continent européen.

Ensemble avec son épouse Aline de Saint-Hubert, le directeur général accueillait dans sa demeure campagnarde à Colpach de très nombreux personnages illustres issus tantôt du monde littéraire ou scientifique, tantôt des milieux économiques et politiques. André Gide, Annette Kolb, Karl Jaspers, Jacques Rivière, Jean Schlumberger, Ernst Robert Curtius et Marie Delcourt figuraient parmi les hôtes des Mayrisch aussi bien que Richard Coudenhove-Kalergi ou Walter Rathenau. Tous partageaient la même volonté de triompher des ressentiments nationalistes en essayant d'écouter et de comprendre les autres.

Le «Cercle des Amis de Colpach» s'efforce aujourd'hui d'honorer et de réanimer cet esprit conciliant de Colpach.

 

[vers le haut] [retour]
Copyright © 2010 Cercle des Amis de Colpach, Luxembourg